Facebook menacé par Twitter ?

Avec ses 550 millions d’utilisateurs, le réseau social aux 140 caractères continue son ascension, tandis que le taux de croissance de Facebook s’essouffle. Alors que l’on pensait le réseau de Mark Zuckerberg indétrônable, ce dernier serait-il en danger ?

Avec ses 900 millions d’utilisateurs, Facebook reste le leader incontesté des réseaux sociaux. Certains chiffres mènent cependant à penser que son déclin a commencé.

En effet, selon emarketer, la croissan

 

ce de Facebook est tombée à +13,4% en 2011 contre +38,6% en 2010, tandis que celle de Twitter a avoisiné les + 32% en 2011, contre +23, 5% en 2010. La simplicité désarmante de Twitter pourrait être la clé de son ascension surprenante, tandis que les récentes évolutions de Facebook et ses failles en matière de sécurité pourraient expliquer un certain désengagement de ses utilisateurs.

Twitter a par ailleurs l’avantage de pouvoir offrir une possibilité d’anonymat que son principal concurrent ne cesse de remettre en question avec notamment ses publicités ciblées et la sensation d’être constamment pisté. Naviguer incognito, les jeunes en sont particulièrement friands. Lassés de voir s’introduire leur famille au sein d’un réseau qu’ils pensaient leur être réservé, ils savent qu’en se cachant sur Twitter ils auront moins de chance d’être repérés.

Quand on voit que Justin Bieber, Lady Gaga ou Kate Perry dépassent chacun les 22 millions de followers, on comprend que la proximité et la réactivité sont également les éléments clés de succès de ce réseau. Les jeunes fans peuvent en effet suivre à la seconde près les faits et actes de leurs stars préférées, leur donnant l’impression de partager leur vie au quotidien. Les barrières sont ici très faibles, les stars peuvent être interpellées, le follower se faire repérer. Tout va vite, très vite, et cela n’est pas pour déplaire aux teenagers.

Les adultes non plus ne sont pas en reste. La présidentielle française a fait exploser les taux de connections sur Twitter en France. Le pic d’audience quotidien du mois de mai 2012 a en effet été plus de 2,5 fois supérieur à un jour moyen sur le réseau. Quotidiennement connectés sur la toile, les candidats ont joué la carte de la proximité avec les électeurs pendant l’ensemble de la durée de la campagne. Encore aujourd’hui, même si les politiques sont moins dynamiques, Twitter reste le réseau sur lequel tout à chacun pourra obtenir de l’info.

Twitter offre également l’avantage de pouvoir se faire repérer rapidement et d’échanger avec des personnes qui ont les mêmes passions que soi, et qu’il aurait été moins aisé de rencontrer sur d’autres réseaux ou dans la vie réelle. Cette possibilité est une opportunité rêvée pour les jeunes ayant soif de célébrité ou les PME en quête de notoriété mais qui n’ont pas forcément les budgets pour investir en communication.

Avec son nouveau timeline qui ne semble décidément par séduire la majorité des facebookiens et l’impression grandissante de perdre le contrôle de son profil et de ses publications, Facebook surferait sur sa notoriété en oubliant l’un des éléments clé de durée : la satisfaction de ses clients. Twitter a su profiter entre autre de cette baisse de popularité pour gagner en visibilité.

Reste une grande question : la rentabilité. Tandis que Facebook a su être rapidement profitable et générer une mise en bourse d’une valeur de 100 milliards d’euros après seulement 8 ans d’existence, Twitter est aujourd’hui encore à la recherche de son modèle économique. L’avenir nous dira qui de ces deux leaders saura sortir gagnant de cette bataille qui ne fait que commencer. A moins qu’un outsider ne vienne déstabiliser ces deux  réseaux déjà bien installés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *